Les prochaines activités...  
 
 
12 décembre 2017
TDAH et médication : Ce qu’il faut savoir

• en savoir plus
 
9 janvier 2018
TDAH adulte : Stratégies aidantes au quotidien

• en savoir plus
 
6 février 2018
Sécurité internet et intimidation : Guide parental

• en savoir plus
 
 
 
 

TDA/H, MOI ?

Le trouble de déficit d’attention avec hyperactivité (TDA/H) présente 3 catégories de symptômes : l’inattention, l’agitation et l’impulsivité. Lorsqu’une personne présente des symptômes dans les 3 catégories, on dit alors qu’elle a un Trouble de déficit d’attention avec hyperactivité (TDA/H). Il est possible qu’une personne présente des symptômes d’inattention et d’impulsivité uniquement. On parle alors de Trouble de déficit d’attention sans hyperactivité (TDA).

Que ce soit avec ou sans hyperactivité, la composante majeure du trouble est le déficit d’attention. La majorité des stratégies proposées seront donc semblables dans les deux cas.

Le TDA/H est un handicap invisible. Lorsqu’aucune mesure d’adaptation de l’environnement n’est mise en place, le TDA/H nuit au développement du plein potentiel de l’individu touché.

Qui a le TDA/H ?

Le TDA/H touche 4 à 8% des personnes, peu importe l’âge ou le statut social. Certaines études vont jusqu’à mentionner une prévalence de 1 à 14,3% et ce peu importe où dans le monde. Les garçons semblent plus représentés que les filles. On note une plus grande proportion de garçons avec des symptômes d’agitation et d’impulsivité, alors que les filles présentent plus fréquemment des symptômes d’inattention uniquement.

Pour plus de détails, référez-vous au Rapport du comité-conseil sur le Trouble de déficit de l’attention/hyperactivité et sur l’usage de stimulants du système nerveux central, gouvernement du Québec, Ministère de l’Éducation, 2000. http://www.mels.gouv.qc.ca/dgfj/das/soutienetacc/pdf/hyperrap2000.pdf

D’où vient le TDA/H ?

La recherche scientifique, dans son état actuel, tend à démontrer que les causes seraient neurobiologiques et génétiques même si aucun marqueur biologique ne permet de le confirmer. Ainsi, les travaux de différents chercheurs (cités par Barkley, 1998) ramènent au premier plan l’hypothèse selon laquelle l’hérédité est la cause la plus fréquente du TDA/H.

L’incidence élevée du trouble dans une même famille (de 10 à 35%) est connue, mais les récentes recherches vont plus loin en démontrant le fait que si un parent présente le trouble, il y a 57 % de risque qu’un de ses enfants le développe également (Biederman et autres, 1995, cité dans Barkley, 1998)*.

Barkley indique également que des études génétiques sont en cours afin d’isoler des marqueurs génétiques qui pourraient être associés au TDA/H. Un lien a d’ailleurs été démontré avec le gène DRD4-7 chez certains sujets, mais d’autres recherches devront approfondir cette voie.

Par ailleurs, d’autres causes peuvent expliquer le TDA/H et entraîner l’apparition des symptômes. Barkley souligne que de 10 à 15% des cas sont le résultat d’une atteinte subie par le cerveau en période prénatale (exposition à la cigarette, exposition à l’alcool,..) et que de 3 à 5% des cas sont le résultat de dommages cérébraux postnataux (infection, traumatisme crânien, anoxie). Bien qu’ils puissent exacerber la condition ou contribuer à sa persistance, les facteurs sociaux seuls ne peuvent être retenus comme une cause du TDA/H*.

Autres données intéressantes…

La cause de l’hyperactivité est organique. Il s’agit d’une déficience sur le plan des neurotransmetteurs (en particulier la dopamine) qui provoque un ralentissement du fonctionnement d’une zone du cerveau (le lobe frontal). 

Cette déficience est souvent héréditaire et présente dès la naissance, même si on ne le remarque que vers 4 ou 5 ans. 35% des pères et 17% des mères d’enfants hyperactifs le sont eux aussi. Il y a aussi de forte chance qu’un oncle, une tante ou des cousins soient eux aussi des hyperactifs. Plus convaincant encore : des études récentes démontrent que la majorité des jumeaux identiques partagent ce trait génétique**. 

 

Le TDA/H chez l’enfant

Le TDA/H chez l’adulte

Les critères diagnostiques du DSM-IV

 

*Tiré du Rapport du comité-conseil sur le Trouble de déficit de l’attention/hyperactivité et sur l’usage de stimulants du système nerveux central, gouvernement du Québec, Ministère de l’Éducation, 2000. http://www.mels.gouv.qc.ca/dgfj/das/soutienetacc/pdf/hyperrap2000.pdf

**Tiré du livre du Dr Guy Falardeau, Les enfants hyperactifs et lunatiques, comment les aider, Montréal, Le jour éditeur, 1992.

 
 
 

COPYRIGHT 2006 - 2017 | PANDA BLSO CA.